[Avis] Saru, manga de Igarashi Daisuke

saru-daisuke-igarashi-sarbacaneTitre : Saru
Auteur : Igarashi Daisuke
Editeur : Sarbacane
Type : Seinen, Fantastique et aventure
Nombre de pages : 448 pages
Parution : 07 janvier 2014
Prix : 17,90€

Daisuke Igarashi, auteur de la série Les Enfants de la mer, propose aujourd’hui un one-shot publié chez Sarbacane rempli de mythes et de magie, un scénario et un coup de crayon qui se complètent parfaitement.

Résumé de l’éditeur : Daisuke Igarashi nous replonge dans une histoire vertigineuse et puissante !
Après sa formidable série en 5 tomes, Les Enfants de la mer (éditions Sarbacane), Daisuke Igarashi nous enchante de nouveau avec Saru. Dans ce beau et volumineux manga (450 pages), il change néanmoins de registre : l’histoire mêle ici une prophétie de Nostradamus et d’anciennes légendes chinoises liées au roi Singe. On retrouve la veine ésotérique qu’Igarashi avait explorée avec Sorcières (Casterman), mais dans un cadre à grand spectacle (et où une partie de l’action se passe – clin d’œil de l’auteur – dans la capitale mondiale de la bande dessinée : Angoulême !).
Les deux personnages principaux, une jeune fille japonaise et un garçon du Boutan, portent avec force ce fascinant récit apocalyptique…

Saru-02 Saru-04

Mon avis : Premier coup d’oeil, une couverture pleine de couleur et de référence à des mythes anciens . Certes le manga est volumineux mais la lecture des premières pages m’ont donné envie de l’acheter. Je ne connais pas l’auteur, n’ayant jamais lu Les enfants de la Mer (publié chez Sarbacane également), c’est donc une première rencontre avec son oeuvre.

Dès les premières pages, l’auteur nous amène dans différents paysages, avec comme trame principale, une divinité à la forme de singe qui (re)fait son apparition, Saru. Tout au long du manga, différentes religions et croyances se croisent au travers de personnages mystérieux, le tout dans un but, sauver les humains : le bien et le mal s’affrontent, mais qu’est-ce le bien et le mal ?

Les coups de crayons d’Igarashi sont très beaux, les personnages sont par moment grossiers mais cela donne encore plus de profondeur à ses dessins. Les paysages sont vraiment bien réussis, pleins de détails et de coups de mines.

Conclusion : Saru est une très bonne surprise ! Le manga est plein de références aux religions, croyances et mythes à travers le monde et les civilisations. Le scénario, les lieux et les personnages s’imbriquent parfaitement et en font un manga captivant et solide.
On remercie Igarashi pour son clin d’oeil à notre petit France au travers des péripéties qui ont lieux à Angoulême !

Note du manga Saru : 8 Stars (8 / 10)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>